Comment isoler des murs par l’intérieur dans les règles de l’art

À travers cet article nous souhaitons vous faire comprendre les particularités des isolants et de leur pose, afin que vous compreniez l’importance de choisir une entreprise spécialiste en la matière.

L’installation de l’isolant à travers le temps

Suite au premier choc pétrolier en 1973, la France a pris conscience du coût de l’énergie et les maisons jusqu’alors construites sans isolant furent repensées et la réglementation thermique vue le jour (première en 1974). Cette règlementation revue tous les 5-7ans, imposa l’installation de toujours plus d’isolants, en parallèle la consommation énergétique du parc immobilier qui était censée chuter drastiquement se stabilisa à un point haut, alors que les logements étaient de plus en plus isolés.  

L’État et le CSTB (Centre Scientifique et Technique du Bâtiment) partant de ce constat alarmant entreprirent une grande analyse pour arriver à la conclusion que l’isolation (95% de laine de verre) n’était pas posée dans les règles de l’art ! La solution fut la mise en place du label RGE par Qualibat assurant le respect des règles de l’art par un tri des sociétés via des formations et audits des professionnels du bâtiment.

Le problème principal était la pose de laine de verre sans pare vapeur couplé à une mauvaise ventilation des logements, la vapeur d’eau présente dans chaque habitation se trouvait à traverser les murs pour migrer vers l’extérieur en chargeant au passage la laine de verre qui au bout de 5 ans, gorgée de vapeur d’eau, perdait plus de 60% de capacité isolante.

C’est pourquoi chez Artisans Reno nous suivons le processus suivant pour poser de l’isolant dans les règles de l’art :

  1. Nous privilégions le plus possible les isolations à haut déphasage de type laine de bois et ouate de cellulose pour augmenter le confort du client et diminuer les amplitudes de températures durant la journée et les pics de température en été.
  1. Nous traitons les ponts thermiques et zones froides qui pourront plus tard créer de la condensation, par exemple : 
  • Installation de retours d’isolation sur les feuillures des fenêtres
  • Dans les combles, nous prenons soin de bien souffler de manière égale l’isolant, spécialement en périphérie. 
  • Nous rebouchons avec soin tout perçage de murs à la mousse et collons une manchette à membrane sur tuyaux, conduits, câbles… traversant le pare-vapeur. 
  • Nous utilisons des trappes et portes à joints lors de séparation entre partie pièce froide et chaude
  • Nous obturons les conduits des cheminées
  • Sur mur de refend, lorsque possible, application d’un retour d’isolant pour limiter  les ponts thermiques
  • Lors de rénovation globale, nous coordonnons la pose des menuiseries pour qu’elle soit au nu intérieur de l’isolant ou du mur
  1. Nous posons exclusivement de la laine de bois ou ouate de cellulose en bâti ancien avec frein vapeur pour garantir la gestion de la vapeur d’eau de ces types de murs qui doivent impérativement rester perspirant.
  1. Lorsque nous avons une demande d’isolation par l’intérieur, nous utilisons à chaque fois un outil logiciel mis en place par la FBB qui indique s’il est nécessaire de poser un pare-vapeur ou pas en fonction de la conception de la paroi opaque et si oui communique la valeur SD à respecter.
  1. Comme règle générale nous essayons de prévoir une résistance thermique de l’ordre de 4,5 m²K/W pour les murs et en soufflage dans comble et rampant 7 m²K/W 
  1. En rénovation, lors d’un doublage de mur dans le but de poser une isolation par l’intérieur, nous suivons les étapes de pose suivantes : 
  • Mise en place de lisses métalliques sur joint mousse pré-comprimé
  • Utilisation de tiges à rupture thermique pour fixation isolation
  • Pose de l’isolation de manière soignée sans endommager ni compresser l’isolant
  • Pose du pare-vapeur par-dessus l’isolant en chevauchant et en scotchant chaque laie et en marouflant le scotch
  • En périphérie nous collons le pare-vapeur au sol et le plafond avec la colle adéquate
  • Pose fourrure métallique de manière à laisser un vide technique qui permettra le passage de la plomberie et de l’électricité
  • Pour la menuiserie (fenêtres, portes-fenêtres) nous raccordons le pare-vapeur en le collant sur la menuiserie à l’aide d‘une membrane flexible autocollante
  1. Contrôle de la ventilation après avoir posé une nouvelle isolation pour s’assurer de son bon fonctionnement et éviter tout risque de condensation en surface ou dans les murs
Processus de pose d'isolant

Descriptif du procédé d’isolation des combles par soufflage

Étant donné la difficulté de mise en œuvre d’un pare-vapeur en rénovation dans les combles, nous préconisons toujours la ouate de cellulose car elle a un déphasage important et qu’elle offre une meilleure gestion de la vapeur d’eau

  1. Nous calculons la résistance thermique en fonction de l’épaisseur de l’isolant après s’être tassé, le pourcentage de tassement est stipulé dans document technique, puis nous ajoutons le coefficient de tassement pour définir l’épaisseur à installer.
  1. Avant de commencer, nous contrôlons : 
  • Que la couverture soit étanche à l’eau et est en bon état !
  • Le plancher est capable de résister à la charge supplémentaire due au soufflage de l’isolant
  • Qu’il n’y a pas de fentes ou de trous dans le plafond
  • Nous réalisons des coffrages 20% au-dessus de la hauteur de l’isolant autour des conduits de cheminée en fonction de leurs natures pour protéger l’isolant de la chaleur et mettre en place une distance de sécurité
  • Nous rajoutons des capots au-dessus des spots encastrés et ce sur tous types de spots
  • Pareil pour les transformateurs
  • Si une ventilation basse de la couverture existe, nous rajoutons des déflecteurs en périphérie de 10cm au-dessus de l’isolant
  • Si une trappe d’accès existe, nous réalisons un cadre autour de cette dernière de 20% de plus que l’isolant
  • Si la trappe donne sur une partie froide, nous l’isolerons avec une résistance thermique égale à celle de l’isolant soufflé et préconiserons le changement si elle n’est pas étanche à l’air
  • Si nous trouvons des boîtes de dérivation électrique, nous repèrerons sur la charpente leur emplacement
  • La VMC sera repositionnée en dehors du volume isolé si nécessaire et faire en sorte qu’elle n’aspire pas d’isolant.
  • Nous marquons à plusieurs endroits la hauteur désirée de soufflage
  1. Lors du soufflage 
  • Nous commençons par souffler les parties les plus éloignées du point d’accès en se dirigeant progressivement vers la sortie
  • Au fur et à mesure du soufflage nous réalisons l’épaisseur du soufflage par rapport aux marques que nous avons faites sur la charpente et nous pratiquons une mesure tous les 20m2 de comble, à différents endroits, à l’aide d’une pige prévue à c’est effet.